Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/10/2015

Les murs de séparation

Regard chrétien d'octobre

Barbelés.jpg

Une excellente interview de France Culture dans les Enjeux Internationaux évoquait les murs.

Élisabeth Vallet, de l’université du Québec, travaille sur la question des murs de séparations entre deux pays, deux peuples, deux quartiers. Faisons d’abord le point.

Ces murs peuvent être en bétons, en barbelés comme le rideaux de fer, et même de sable comme celui du Sahara. Quelque soit la matière, il sont là pour établir un point de blocage, une barrière.

On assiste depuis deux décennies à une accélération galopante dans la construction des murs. Beaucoup de frontières ont tendance à se refermer. Savez-vous qu’y a actuellement 65 murs prévus ou déjà construits pour une longueur de 40 000 km.

La tendance qui se dessine maintenant est à la fortification de frontières déjà existantes. On bloque des points de passages, on ajoute des éléments, des forces militaires et aussi toute une technologie plus sophistiquée comme des capteurs, le recourt à la biométrie, etc… Les murs deviennent discontinus et technologiques.

Plus les frontières se ferment, plus elles se compliquent et plus il faut faire appel à des passeurs professionnels. Ceux-ci sont malheureusement organisés en structures mafieuses, voire criminelles. Voilà où nous en sommes.

Mais on voit bien que plus on a voulu faire tomber les frontières, plus elles se multiplient. La chancelière allemande elle-même est tombée dans le piège. Après avoir ouvert tout grand les bras de l’Allemagne aux réfugiés, dépassée par le nombre, elle a établit illico des postes de contrôle au mépris des accords européens.

Comme toujours, écoutons la Parole de Dieu. Dès la Genèse, Dieu établit des limites. Il sépare la lumière et les ténèbres et définit ainsi le jour et la nuit, il sépare la terre et les eaux. En établissant des limites, Dieu définit. Je crois que c’est exactement ce dont nous avons besoin. De limites et de définitions claires.

Nous savons bien que toute éducation doit poser des limites. Ce sont ces limites qui permettent le développement des enfants. Les rôles, celui de l’éducateur et celui de l’enfant doivent aussi être clairement définis.

C’est de se manque de définitions claires dont nous souffrons, nous, peuples européens. A force de rêver un monde sans frontières, nous avons favorisé les murs de séparations. On voit bien comment l’Europe rêvée n’arrive pas à prendre une décision commune, faute de définition claire. Nous voulons être tout pour tout le monde, quelle utopie. En fait, nous ne savons plus qui nous sommes vraiment…

Si les murs finissent toujours par tomber, le mur de Berlin n’a pas duré un demi siècle ! Les limites, elles, sont faites pour être consciemment franchies. Elles permettent alors des échanges fructueux. Puissions-nous nous définir beaucoup plus clairement !

Les commentaires sont fermés.