Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/01/2015

La galette

Notes pour le regard chrétien de janvier sur rcf Jérico :

IMG_1408.jpg

Calendrier oblige, aujourd’hui, nous allons parler de la galette, cette belle tradition populaire.

Elle a longtemps été fêtée le 6 janvier, ce qui est encore le cas dans certains pays. Douze jours la séparant de Noël. En France elle est fixée au premier dimanche de l’année.

Elle permet des réunions de famille animées, le plus jeune est ravi d’aller se cacher sous la table pour nommer tous les convives sans en oublier aucun. La galette est coupée en parts égales, ce qui permet à chacun d’avoir la même chance. Certaines traditions comptent toujours une part de plus pour le pauvre qui peut partager ainsi la table au même titre que tous ceux qui sont invités.

Tous sont vraiment égaux dans le suspens qui désignera le roi, roi bien éphémère à la couronne de carton. Néanmoins, cette royauté-là fait chaud au cœur ‼ Et jeune ou vieux, pauvre ou riche, homme ou femme, chacun peut être élevé à la dignité royale. Évidemment, cette dignité ne donne aucun pouvoir mais celui qui reçoit la couronne en est tout illuminé.

C’est une bien jolie tradition qui mêle à la fois la recherche du trésor caché, le fait que nous soyons tous également des rois en puissance mais certainement pas les rois d’un royaume terrestre, qui n’est pas plus définitif que nos couronnes de carton. Voilà bien des symboles chrétiens. On peut y ajouter également la forme de la galette toute ronde et toute dorée.

Au départ, la fève, une simple graine séchée, chose commune, renforçait encore le message. Actuellement, la surenchère des fèves plus précieuses mais souvent beaucoup plus profanes, fait perdre un peu de la signification évangélique de la galette…

Une ancienne tradition connue en Meuse et aussi en Moselle voulait que le roi d’un jour, offre la galette le dimanche suivant. Le roi d’un jour régalait sa cour le dimanche suivant. Cependant il allait le visage noirci. Roi de lumière un dimanche, roi des ténèbres le suivant ‼

Ce qui est sûr, c’est qu’une galette appelle toujours une autre galette…

Et ça, nous les savons bien, quand nous comptons fin janvier toutes celles à qui nous avons fait honneur ‼