Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/03/2014

La cyberdépendance

Notes pour le regard chrétien du 5 mars sur rcf Jérico :

evolution.jpg

L'ordinateur occupe toujours plus de place dans nos vies. Nous sommes sans cesse connectés. Il faut communiquer, répondre à tous et tout de suite, rester reliés.

L’ordinateur est omniprésent, il nous entraîne à de nombreux comportements compulsifs, comme par exemple vérifier sa boîte à message toutes les 10 minutes, consulter inlassablement les mêmes sites internet ou encore passer d'innombrables heures à jouer, en réseau pour les plus jeunes. Même en vacances, combien emportent leur micro partout avec eux, ou tout simplement ne sauraient vivre sans son petit frère le Smartphone.

En France, nous sommes presque 30 millions à être connectés à internet. C’est évidemment un bon outil. On peut correspondre avec tout le monde, sans limite. La moindre information est disponible immédiatement. On écrit sur les réseaux sociaux ce que l’on n’oserait jamais dire en face à personne. Tout ceci provoque une impression de vie décuplée. Le monde connecté paraît beaucoup plus intéressant, beaucoup plus vivant que le monde réel. Il est plus facile de communiquer avec 200 amis sur Facebook que d’avoir de bonnes relations avec son voisin.

Pour information, 65% des américains déclarent passer plus de temps avec leur ordinateur qu’avec leur épouse et nous n’en sommes peut-être plus très loin.

Une des conséquences les plus insolites de cette révolution cybernétique que nous vivons est l'addiction. Nous sommes les premières générations concernées par ce nouveau type de dépendance. L'ordinateur devient une drogue, et il est bien difficile de "décrocher".

La population la plus touchée par ce phénomène est les adolescents, mais ils ne sont pas les seuls. Il existe aussi des papy-geek. Le papy-geek type est en général un retraité, qui ne résiste pas au plaisir de commenter de bons articles et de les envoyer, ou alors, de partager une petite vidéo touristique… N’avez-vous jamais pesté contre votre boite aux lettres pleine de courriers à effacer ?

Quand devient-on dépendant ? C’est tout le problème. L’addiction commence par un attachement à quelque chose qui procure du plaisir ou parfois simplement soulage d’un certain mal-être de vivre. Jusque là, rien de très grave. Mais à partir du moment où l’on ne peut plus faire autrement, où l’on n’est plus le maitre de son propre comportement, là, c’est sérieux. Il devient alors impossible de ne pas ouvrir son ordinateur, de ne pas regarder ses mails ni consulter ses flux. L’addiction est une pathologie de la liberté.

Pour vérifier si nous sommes déjà atteint, il est indispensable d’essayer des plages d’abstinence. C’est le meilleur moyen d’évaluer notre attachement et de redevenir libre de nos propres comportements. Le détachement est au cœur de notre tradition religieuse et ascétique.

Vous n’aviez pas encore trouvé de résolution de carême ? Vous êtes sûrs ? Voilà un bien bel exercice, n’est ce pas ? Bon courage et joyeux carême !

 

 

Les commentaires sont fermés.