Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/01/2012

C’est de la confrontation avec les autres que nait la créativité

Notes pour "regard chrétien sur le monde" du jeudi 5 janvier sur rcf jérico :

Aujourd’hui, c’est l’exposition qui se tient au grand palais : "Matisse, Cézanne, Picasso... L'aventure des Stein" qui va être. la source de ma réflexion.

matisse cézanne picasso stein

L’exposition retrace l’aventure d’une famille de collectionneurs américains hors norme, les Stein. Léo arrive le premier en Europe et s’installe à Paris en 1903. Il commence sa collection en achetant des Manet, Renoir, Degas. Léo Stein est rapidement rejoint par sa sœur Gertrude et son frère ainé Michael accompagné de sa femme Sarah. Ils se positionnent rapidement en faveur de l’avant-garde et achètent avec un goût très sûr ce qui deviendra des chefs d’œuvre.

matisse cézanne picasso stein

 Cézanne - Baigneurs

Les premières salles retracent le goût relativement classique de Léo avec une belle série de nus allongés. Les salles font revivre Renoir et son entourage. , Renoir déclare être allé au bout de l’impressionnisme et reprend l’étude du dessin en travaillant le nu… entrainant d’autres artistes à sa suite. Quelle belle leçon d’exigence.

Plus loin, c’est Matisse disséquant les couleurs sous l’effet de la lumière à Collioure, puis transposant la richesse de sa palette à Paris dans l’admirable portrait de sa femme : La Femme au chapeau (1905) qui fit scandale au Salon d’Automne. Sarah Stein se liera d’amitié avec le peintre et deviendra avec son mari la plus importante collectionneuse de Matisse.

matisse cézanne picasso stein
Matisse - la femme au chapeau

Plus loin, c’est l’amitié de Gertrude et du jeune Picasso qui éclate à nos yeux. Gertrude encourageant le jeune peintre qui l’influence elle-même dans son travail d’écrivain d’avant-garde.

matisse cézanne picasso stein
Picasso - Deux femmes au bar

Mais autour de cette famille gravite de nombreuses personnalités du monde artistique et littéraire. Hemingway, Apollinaire, pour n’en citer que quelques uns, se pressent dans les appartements des Stein qui tiennent salon pour discuter, admirer, rencontrer les artistes. C’est ainsi que naissent les "samedis des Stein". L’importance de leur patronage artistique montre comment c’est imposé de nouvelles normes en matière de goût dans l’art moderne.

matisse cézanne picasso stein
Picasso - Getrude Stein

L’exposition est extrêmement riche, proposant de nombreuses œuvres d’artistes aux recherches parallèles. Mais avec une pédagogie remarquable, elle nous retrace aussi le climat de l’époque. Ici des photos, là, des livres, des correspondances, des enregistrements, toutes marques qui font revivre le passé dans sa complexité, sa richesse. Et ceci n’est pas anecdotique mais permet de comprendre que c’est cet aspect multidimensionnel et relationnel qui rend les artistes féconds.

Je me prenais à rêver de lieux où il serait possible, entre chrétiens, d’échanger librement, avec créativité de notre foi. Les lieux où nous nous rencontrons sont trop souvent des lieux de passivité, où seule une parole formelle est promulguée. Et quand nous nous rencontrons, les conversations restent souvent au niveau des banalités et parviennent rarement à une réflexion sur notre foi. Avons-nous à ce point peur de nous tromper ? Comment nous approprier ce dont nous vivons si nous ne nous croyons pas autorisés à en parler ? Seule la rencontre avec l’autre, est  un révélateur de ce qui nous habite et permet une véritable fécondité mutuelle. L’évangélisation n’est-elle pas à ce prix ?

Les commentaires sont fermés.