Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2011

Newman

newman, oratoire,

J'ai terminé l'enregistrement des émissions sur Newman pour rcfjerico dans l'émission "Eglise en marche". Interwievée par Pascale Michotte, j'ai essayé, comme le veut l'émission, de faire une sensibilisation à Newman, à la fois pertinente et abordable, le tout suivant la loi du direct.... entreprise exigeante!

La première série de trois causeries était parue en octobre. la deuxième série est programmée comme suit :

vendredi 3 juin à 12h45 ou 19h15
Newman oratorien

vendredi 10 juin à 12h45 ou 19h15
Newman philosophe et théologien

vendredi 17 juin à 12h45 ou 19h15
Newman poète

Pour ceux qui auraient envie de réécouter la première série, la voici :

Newman, repères biographiques
podcast

Newman, la sainteté
podcast

Newman, les sermons
podcast

26/05/2011

Bonne fête Saint Philippe !

Pour la Saint Philippe, et grâce à la perspicacité de Guy qui trouve toujours les traces de Saint Philippe dans les endroits les plus improbables, nous retournons dans la cathédrale de Gozo, île voisine de celle de Malte. Après avoir contemplé dans un précédent post le marbre de l’autel qui cache l’entrée de la crypte où se réunissait la congrégation de l’oratoire de Gozo, nous levons la tête au plafond de cette première chapelle latérale gauche. Une fresque récente, peinte par un artiste local (2002) nous surprend. Elle illustre visiblement le verset de Saint Mathieu : "Laissez les enfants, ne les empêchez pas de venir à moi, car le Royaume des cieux est à ceux qui leur ressemblent". D’un côté, Saint Philippe y est représenté à côté de Jésus, entouré d’enfants, tout comme son maître. Mais de l’autre côté, Saint Philippe, traditionnellement vêtu de la chasuble rouge, est entouré de personnages beaucoup plus récents. Nous reconnaissons immédiatement Mère Teresa, mais les autres, qui sont-ils ? Après une rapide recherche, il s’avère qu’il s’agit très certainement de Georges Préca et de quelques proches.

George Préca (1880-1962), grand admirateur de saint Philippe, et s’en inspirant en tout point, rassembla autour de lui des jeunes de Malte.  Il leur enseigna la Parole et rapidement, un groupe de laïcs bien formés se constitua que saint Georges Préca envoya évangéliser. Ses options apostoliques lui valurent quelques ennuis mais ses idées ont été reprises lors du concile Vatican II. Il suggéra dès 1957 cinq nouveaux mystères lumineux pour le rosaire. Il fut béatifié par Jean-Paul II en 2001, et canonisé par Benoit XVI en 2007. On lui reconnaît des qualités tellement proches de Saint Philippe qu’il est considéré comme le saint Philippe Néri de Malte, nouvel évangélisateur de l’île. En effet, nous avons pu apprécier à quel point la pratique religieuse est intense à Malte.

La peinture associant dans un même ensemble le Christ, notre Saint Patron Saint Philippe, et divers personnages contemporains, n’a pas son pareil pour nous faire toucher du doigt la même filiation de transmission de la Parole, celle qui doit nous habiter et nous rendre à notre tour évangélisateurs.

Bonne Saint Philippe !

néri,oratoire,gozo

néri,oratoire,gozo

néri,oratoire,gozo

néri,oratoire,gozo

néri,oratoire,gozo

néri,oratoire,gozo

Cliquer dans les photos pour les agrandir.

12/05/2011

Diaporama réalisé à Notre Dame de Bonsecours

Le diaporama en entier :


05/05/2011

La vie monastique en Ukraine

kiev

kiev

Notes pour le trois minutes du jeudi 5 mai 2011 pour rcfjerico :

Je reviens d’un voyage à Kiev en Ukraine. Quelle renaissance de la vie religieuse dans ce pays. Les monastères et églises existants sont restaurés et de nouveau affectés au culte. Ceux qui ont été détruits sont reconstruit, bien souvent à l’identique.

Le fonctionnement  des monastères, 200 pour tout le pays, est particulièrement surprenant. Il faut vous imaginer les monastères comme de grandes propriétés entourées de murs mais ouvertes au visiteur. L’église est au centre. Les bâtiments sont distribués le long des murs. Des jardins enserrés par des allées modèlent l’espace que viennent parfois compléter de petites chapelles ou un baptistère.

La vie monastique n’est pas régie par de grands ordres monastiques. Devient moine celui qui cherche Dieu. Il est alors occupé par ce que lui donne à faire son père ou sa mère spirituelle pour sa propre progression. La règle n’est pas uniforme pour tous. L’un va travailler davantage la parole de Dieu, un autre progressera sur le chemin de sainteté en pratiquant l’oraison, et un autre en vaquant simplement aux activités ordinaires mais sous le regard de Dieu. Peu d’offices réguliers qui rassemblent toute la communauté, mais néanmoins la prière est régulièrement assurée et les lieux sont souvent habités par la psalmodie.

Les églises sont petites, sans chaises, mais continuellement, des personnes viennent pour se recueillir, allumer un cierge, faire une demande à la mère de Dieu ou à un saint.

Nous avons eu la chance de pouvoir suivre un moment de liturgie en pleine air dans l’enceinte du monastère. Il faut dire que dans l’octave de Pâques, les offices étaient nombreux d’autant plus que certains étaient célébrés pour les victimes de la catastrophe de Tchernobyl dont  c’était le 25ème anniversaire. Il y avait  beaucoup de monde, mais ce qui nous a le plus étonné, c’est que les monastères sont de vrais lieux de vie. Après l’office, ceux qui le voulaient ont pu se restaurer sur place, et l’après-midi, une estrade permettait à des chanteurs et à des groupes folkloriques de se produire. Assurément, ce sont des lieux ouverts, insérés dans la société.

Que se soit à la grande Laure de Kiev, au monastère de femmes Florovsky dans le quartier populaire du Podil ou en plein centre de la ville, partout le même calme, la même ambiance comme hors du temps. Ces lieux de prière donnent l’impression d’être véritablement habités par la Présence Divine et il fait bon s’y ressourcer.

Et pourtant, quelques mètres plus loin, la ville moderne est bien là avec son bruit, ses constructions très contemporaines, ses publicités, son agitation, ses immenses centres commerciaux en sous-sol doublant les artères principales dans une frénésie de consommation souterraine.

Enfin pour terminer, il faut souligner que pour qu’un monastère existe, il suffit d’une église et de deux ou trois moines ou moniales habitants à proximité pour y assurer la prière. Quelle leçon pour nous qui ne cessons de regrouper et de fermer nos monastères parce qu’ils n’ont plus assez de religieux !

 

22:03 Publié dans Regards chrétiens, Voyages | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : kiev |  Facebook | |